L'histoire de la safranière


les safraniers


Arrivés en Creuse en 2011, nous étions à la recherche d’une vie simple, en harmonie avec la nature. Après plusieurs mois de recherche, nous avons enfin trouvé le lieu pour vivre nos rêves. Les premiers mois sont consacrés à l’installation et à la réalisation de nombreux travaux dans la maison … sans oublier nos emplois respectifs ! 

Très rapidement, l’envie de monter un projet à deux s’est imposée, dans l’idée de faire connaître cette si belle région et de partager notre amour de la terre. 

Nous sommes installés, avec chien et chats, au Coudert, sur la commune de Bosmoreau-les-Mines. Ce petit village de 250 âmes a longtemps été connu pour ses mines de charbon découvertes en 1756 et qui ont bouleversé la vie rurale et tranquille des habitants du bourg. Exploitée de manière  artisanale à ses débuts, cette nouvelle ressource connaît son apogée au XXe siècle, juste avant la fermeture des mines en 1958. Aujourd’hui, le souvenir de cette activité est encore très présente dans le village et dans la mémoire de ses habitants et partagée avec les touristes grâce à un musée de la mine et au vélorail. 


PHOTOS :

Maison

Préparation de la terre

Plantation en août

La safranière

Première fleur


Notre maison et notre safranière sont situées au Coudert, un nom bien connu et très répandu dans la région. Si son origine est un peu mystérieuse, il semblerait que le Coudert soit un petit pâturage enclos pour les troupeaux. 

En octobre 2014, le hasard des médias nous apprend l’existence de la plus grande safranière de France à Fontanières, à quelques kilomètres de chez nous. Nous décidons d’aller visiter l’exploitation et nous découvrons un produit magique et la plus précieuse des épices : la safran ou or rouge. Nous pressentons immédiatement que nous avons trouvé là le défi que nous attendions depuis plusieurs mois. 

En juillet 2015, nous suivons une formation à Fontanières. Préparation du sol, plantation, désherbage, gestion d’une exploitation… Les tâches à accomplir semblent immenses et le travail difficile mais, loin de nous décourager, ce stage nous conforte dans notre choix et décuple notre envie. Nous revenons chez nous avec 2200 bulbes que nous nous empressons de mettre en terre. Notre safranière de 500 m² est exposée sud-est et est riche de ne pas avoir été cultivée depuis plus de dix ans. Il faudra malgré tout deux jours de travail…

Dans les mois qui suivent, nous prenons soin de notre safranière. Avec la fin de l’été, nous attendons avec impatience (et un peu d’inquiétude aussi !) les petites feuilles vertes, annonciatrices de la floraison. La première fleur apparaît le 24 octobre. Puis ensuite, elles sont chaque jour de plus en plus nombreuses. Avec leur jolie couleur lavande, les fleurs égaient notre petite parcelle au fond du jardin. 

Nous attendons désormais avec impatience le printemps prochain pour pouvoir transformer et valoriser notre récolte et agrandir notre parcelle. Nous vous invitons d’ores et déjà à découvrir nos premiers produits (lien vers la boutique).