Origines du safran

Des origines mystérieuses...

Fresque crétoise, 3500 avant J.C

Si des incertitudes demeurent, le safran trouverait son origine en Asie Mineur et dans le bassin méditerranéen oriental. En Grèce, un mythe raconte l’origine du safran. Crocos, un très beau jeune homme, fut tué accidentellement, touché en pleine tête par un disque lancé par son ami Hermès. Trois gouttes de sang coulèrent de sa blessure, sur le sol. C’est alors qu’une petite fleur mauve apparut, qui depuis porte son nom. La fleur de safran devint alors le symbole de la vie et de la résurrection. 

Le safran est présent dans de nombreuses cultures, continents et civilisations. Son histoire dans la culture et les coutumes humaines remonte au moins à 5000 ans. 

Les Egyptiens, les Hébreux, les Indiens mais aussi les Perses cultivaient le crocus sativus pour récolter la fameuse épice dont ils se servaient pour aromatiser les aliments. Dans ces civilisations, le safran servait également d’offrande aux dieux, brûlé comme de l’encens, mais aussi de teinture pour les soieries, les cuirs. 

 

 

 

 

En France, la culture du safran démarra simplement à partir de quelques oignons rapporté des Croisades. Au Moyen-Âge, le safran était un colorant précieux utilisé en calligraphie. On mélangeait l'épice avec de l'encre, de façon à obtenir soit de l'encre rouge, soit de l'encre jaune.

Une production en péril au siècle dernier

 

 

Le safran fut introduit en Gâtinais dans le courant du XIVe siècle. Du XVe au XVIIe siècle, le safran, classé parmi les productions importantes, obligeait les plus hautes autorités à légiférer la culture, le commerce et l'imposition. Le safran était, à l'époque, très utilisé par les apothicaires qui le vendaient à prix d'or.

 

La production commence à décliner dès la Révolution, en raison de la raréfaction de la main d'œuvre. L'hiver 1879-1880, très rigoureux, fit chuter très fortement la production.

En 2008, toutes régions confondues, la production s'élevait à 10 Kg.


Les vertus du safran

Les informations concernant les applications médicinales du safran vous sont données à titre culturel et historique.

Les vertus du safran sont connues dès l’Antiquité. Le safran apparaît dans le plus ancien traité médical, le papyrus d’Ebers, daté de 1550 avant Jésus-Christ. La fleur de santé entrait alors dans la fabrication de plus de 30 recettes médicales.
Les pouvoirs qu’on lui attribue au fil des siècles sont divers et variés. Le safran serait un efficace antidépresseur, un antispasmodique et anti-inflammatoire et un calmant pour les douleurs dentaires, oculaires ou encore un remède contre les insomnies.
Des recherches actuelles évoquent des résultats dans le traitement du diabète, du cancer, des accidents vasculaires cérébraux ou encore de la maladie d’Alzheimer.

Enfin, certaines « puissances magiques » du safran évoquent le bonheur, l’amour, la sensualité et désignent le safran comme un aphrodisiaque…